Interstices

Ecriture reprise de Mythologie perso, l’un des trois volets de la Trilogie du Moi, et retravaillée en lien avec la composition de Simon Burgers. La vidéo est issue de la performance que nous avons réalisée au Plein Theater d’Amsterdam en novembre 2019.

(…)
Journée papillon et surmenage.
J’ai couru après le temps.
Enfin une pause.
Bière. Crépuscule.
Le café piaille comme une nuée d’oiseaux à la tombée de la nuit. Comment résister ? Mes muscles hurlent de tension. Ma carcasse se plaint. Je mâche ma rage. Un rap dégueule du baffle. Il me bat comme plâtre. Il me hache le corps. Il me zappe l’âme.(…) Je tape du pied. Le cœur cogne. Systole, diastole. J’aime pourtant ce monde dont on fait le tour sans relâche. Je suis comme une mère. Il est mon enfant. J’ai envie d’embrasser chaque recoin de son corps. Loin loin loin. A Alma-Ata ou Zanzibar. A Tashkent ou Lima. Embrasser, c’est-à-dire, tenir dans mes bras. Vraiment. Vite, dire et dire encore. Tout ce qu’on n’a pas pu dire, qu’on n’a pas su, ni oser, ni essayer. Cette fois peut-être. On boit. S’étourdir pour dire. On voit tout ce qu’il y aurait à dire, tout ce qu’on ne voit pas d’habitude et qu’il faudrait dire aussi, et tout ce qu’on ne peut pas, tout ce qu’on ne sait pas. Et on est là à boire, à dire autre chose que ce qu’il y a à dire, pas se contredire, non, mais du périphérique. Autour, tu sais, tous ces trucs autour, ces vautours autour qui patientent, eux. Le périphérique fait la conversation à la place des je t’aime, à la place des larmes, à la place des utopies. Le périphérique est encombré, c’est la tombée de la nuit, encombré de toutes ces autos : autocritique, autoflagellation, autosatisfaction, autotristesse, auto tout ça qui fait qu’on n’est pas avec l’autre. (…)